le 14 octobre 2015
7ème édition du baromètre Randstad des salaires non cadres : en 2015, sur fond d’inflation nulle, le pouvoir d’achat des salariés non-cadres augmente de 13 € sur un an

Paris, le 14 octobre 2015 – Les salariés non-cadres ont vu leur rémunération augmenter de 0,9 % en moyenne au premier semestre 2015 par rapport au premier semestre 2014. Leur salaire moyen s’élève à 1 556 € mensuels bruts, soit une hausse de 13 € sur cette période, selon le baromètre Randstad des salaires non-cadres. Compte tenu de l’évolution de l’inflation, qui a été nulle (0 %) sur les six premiers mois de l’année 2015, ce montant correspond également à leur gain de pouvoir d’achat sur un an. Un gain pour le moins modeste. D’autant que, si les salaires des non-cadres sont de nouveau orientés à la hausse, leur rythme de progression continue de se tasser pour la quatrième année consécutive (+ 1,25 % en 2014 ; + 1,8 % en 2013 ; + 2,2 % en 2012 et + 2,4 % en 2011). La (très) légère hausse de la rémunération des salariés non-cadres s’explique principalement par un contexte macroéconomique toujours contrasté au cours du premier semestre 2015. Entre les perspectives de croissance de début d’année, qui annonçaient un rebond du PIB, et ses effets sur l’économie réelle, il existe un temps de latence incompressible. Le chômage, sur cette période, a d’ailleurs continué d’augmenter (+ 71 900 chômeurs de catégorie A entre juin et janvier 2015). Aussi les salaires des non-cadres n’ont-ils bénéficié, en guise de coup de pouce, que de la seule revalorisation du Smic : +0,8 % en janvier 2015, pour un montant de 1 458 euros. La septième édition du baromètre Randstad des salaires non cadres, une étude non déclarative qui s’appuie sur des salaires réels et constatés, extraits de 1,3 million de fiches de paie.

« Les salariés non-cadres connaissent en 2015 une nouvelle année demodération salariale. Leur rémunération moyenne, au premier semestre 2015, augmente de 0,9 % sur un an, pour un salaire moyen de 1 556 euros bruts mensuels, selon le baromètre Randstad. Une telle évolution témoigne d’un rythme de progression en panne – en 2014, la hausse n’avait été que de 1,25 %, déjà en retrait par rapport à celle enregistrée en 2013. Ces résultats permettent de tirer deux enseignements. En premier lieu, force est de constater que, si les salaires des non-cadres n’ont pas connu d’évolution négative comme cela a été le cas dans certains pays européens, ils s’ajustent toutefois à la conjoncture. Ensuite, et cela est lié, le Smic produit des effets mécaniques sur les rémunérations des salariés peu ou pas qualifiés. En effet, l’évolution de leur fiche de paie est pour beaucoup fonction de celle du Smic. Le parallélisme est particulièrement frappant cette année : le Smic a augmenté de 0,8 % en 2015 là où la hausse pour les non-cadres a été de 0,9 % », déclare Mickaël Hoffmann-Hervé, directeur général délégué en charge des ressources humaines du Groupe Randstad France