le 2 juin 2016
Dispositif pénibilité : une mise en place difficile pour 51 % des entreprises

Une adoption compliquée. Tel est le bilan en demi-teinte que dresse HR Consultancy Partners du dispositif pénibilité à l’heure où celui-ci s’apprête à compter six nouveaux facteurs 1 à partir du 1er juillet 2016. Dans une étude réalisée en mars 2016 par OpinionWay pour HR Consultancy Partners, le cabinet de conseil en ressources humaines (RH) du groupe Randstad France, 503 entreprises de 50 salariés et plus, représentant les secteurs de l’industrie et du BTP, se sont prononcées sur le dispositif pénibilité. Résultat, un an après l’entrée en vigueur, début 2015, du dispositif pénibilité autour de quatre facteurs – le travail de nuit, le travail répétitif, en horaires alternants ou en milieu hyperbare –, la plupart des entreprises concernées par ce dispositif (88 %) l’ont bien mis en œuvre. Une mise en œuvre cependant jugée « difficile » dans la moitié des cas (51 %). En cause, la « complexité administrative », désignée comme la première difficulté par 52 % des entreprises ayant instauré le dispositif pénibilité, suivie par le « manque de temps » (28 %) et le « manque d’une ressource interne dédiée à ce projet » (9 %).