le 10 octobre 2016
Handicap psychique : un enjeu d’intégration et de maintien en emploi

A l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, l’Institut Randstad et l’association Clubhouse France, qui a pour mission de permettre aux personnes vivant avec des troubles psychiques sévères de retrouver un projet de vie et de s’orienter vers un retour à l’activité professionnelle le plus complet et durable possible, présentent leur guide consacré à l’appréhension du handicap psychique dans l’entreprise. Alors que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime dans des prévisions qu’un tiers de la population française, en 2020, sera touchée, au moins une fois dans sa vie, par un trouble psychique (dépression, burnout, bipolarité, etc.), ces maladies demeurent taboues et méconnues. Souvent, elles inquiètent les entreprises. Or pour ces personnes, le travail est un facteur important de rétablissement et d’insertion sociale. Face à ce nouvel enjeu de société, l’Institut Randstad et Clubhouse France se sont associés pour concevoir un guide qui vise à démystifier les tabous autour des représentations sur le handicap psychique, amorcer un dialogue et aider les salariés et leurs managers à mieux comprendre et gérer les implications du handicap psychique dans le monde du travail.

 

«La santé mentale est aujourd’hui un enjeu majeur des politiques de prévention des entreprises. Les troubles psychiques font peur parce qu’ils interrogent notre capacité à maîtriser notre comportement et nos actions. La stigmatisation des salariés souffrant de troubles psychiques s’ajoute à la trop longue liste des stéréotypes discriminatoires qu’il y a lieu de combattre en milieu professionnel. Et malgré la reconnaissance juridique des maladies psychiques au titre du handicap, les mentalités peinent à évoluer. En cohérence avec les valeurs humaines d’égalité des chances portées par l’Institut Randstad, ce guide a l’ambition de déconstruire les préjugés liés aux maladies mentales, en donnant aux managers et aux équipes quelques clés de compréhension et des pistes permettant aux salariés en souffrance mentale de conserver ou retrouver une vie sociale et professionnelle digne », commente Laurent Morestain, secrétaire général du groupe Randstad France et président de l’Institut Randstad.